Maladie de Lapeyronie (induration plastique des corps caverneux).

Maladie de Lapeyronie

Maladie de Lapeyronie

"Presque 250 ans sont passés depuis la première description d'une induration plastique des corps caverneux et on spécule toujours sur son étiologie. Jusqu'à aujourd'hui, une thérapie causale de cette maladie n'est toujours pas en vue. Une estimation de la réussite thérapeutique du traitement était très subjective jusqu'à la conception d'une classification des symptômes."

En 2002, rien n'a changé. La cause de la présence d'indurations dans la tunique albuginée n'est toujours pas scientifiquement élucidée. Ces plaques se forment de manière incontrôlée et engendrent une déviation du pénis, rendant une érection ou une pénétration douloureuse ou impossible.

Des essais de thérapie conservatrice par prise de médicaments, radiothérapie, thérapie par ondes de choc ou pénétration de substances actives par iontophorèse (apport de médicaments via un champ électrique) n'ont eu qu'un effet symptomatique et passager.

L'ultima ratio est la correction par voie chirurgicale, qui consiste à exciser ces plaques et à couvrir la perte de substance avec des matériaux alloplastiques, allogènes ou autologues. Dans les cas les plus avancés, ceci sera bientôt la seule thérapie envisageable. Dans un grand nombre de cas, l'excision entraîne malheureusement, selon la taille des plaques enlevées, une perte totale de l'érection qui ne peut souvent être compensée que par l'implantation d'une prothèse pénienne.

Vous pouvez lire ici le rapport médical sur la maladie de Lapeyronie et PHALLOSAN® forte.